fév 28 2011

Une nouvelle étoile pour un Bocuse

Philippe MillePhilippe Mille, Bocuse de Bronze en 2009, franchit un cap. Après seulement une  année passée aux  commandes des Crayères à Reims,  il entre dans le cercle fermé des 571 étoilés Michelin français, on trouve des similitudes avec la trajectoire de Serge Vieira, un de ses prédécesseurs au concours,  étoilé l’an dernier. Nous lui adressons nos sincères félicitations.

Si nos comptes sont bons les podiums Bocuse d’Or cumulent à l’heure actuelle 22 étoiles Michelin sur les 35 lauréats, dont la moitié sont françaises.  S’il le fallait, une confirmation que le concours  est une des antichambres  de l’élite, un beau tremplin pour la carrière de ces jeunes talents.


fév 17 2011

En route vers le Bocuse d’Or 2013

Bocuse d'Or

Deux dates sont d’ores et déjà connues.

Le concours du Bocuse d’or Suisse reste au salon Gourmet de Genève qui aura lieu du 5 au 7 février 2012 après la séparation d’avec le concours du Cuisinier d’or qui faisait office de réceptacle pour la qualification au Bocuse d’Or Europe jusqu’à présent. Le salon Gourmet est un nouveau salon créé en 2010 lors du Bocuse d ‘Or Europe par GL-Events, organisateur du Sirha.

Le Bocuse d’Or Europe se déroulera pour la première fois en Belgique au salon Horeca-Life de Bruxelles du 18 au 21 mars 2012.  Une date qui soulève des inquiétudes dans le camp français vu sa proximité avec le CNCA, championnat national de cuisine artistique, qui est planifié deux semaines avant.  Quant on sait que déjà deux mois suffisaient à peine aux candidats français pour se préparer on se demande comment ils vont y arriver en deux semaines.  Un sérieux handicap si cela devait en rester là.


fév 8 2011

Poster de l’académie des Bocuse d’Or


vaiqueurs du Bocuse d'Or


fév 2 2011

Les chefs Français en appellent à l’Etat

Quinze des meilleurs chefs français, Alain Ducasse, Joël Robuchon, Anne-Sophie Pic, Guy Savoy, Marc Haeberlin ou encore Yannick Alléno lui-même Bocuse d’argent, demandent à l’Etat après le Bocuse d’Or, de s’investir plus pour la gastronomie du pays lors d’une conférence de presse à la Tour Eiffel ce 2 février. Il est temps en effet que la France réagisse. Le Bocuse d’Or n’est que la partie immergée de l’iceberg, en tout cas un révélateur de ce qui se passe. Notre gastronomie qui a été classée au patrimoine de l’UNESCO, ne peut défendre son rang si on n’y met pas les moyens, les mots ne suffisent plus dans la compétition mondiale, il faut des actes ! Saga-Bocuse d’Or a été le premier à dénoncer cet état de fait et ce qui arrive aujourd’hui n’est que la conséquence de ce que nous avons maintes fois énoncé : un manque de soutien des candidats nationaux et l’absence d’une réflexion d’ensemble sur notre patrimoine culinaire.  En tant que sponsor nous avons dû user de moyens souvent ridicules comme des tombolas pour contrer des équipes aux budgets colossaux or cela ne peut plus suffire aujourd’hui au vu du retard accumulé. Le prince du Danemark ou le ministre de l’Agriculture norvégien se sont déplacés à Lyon pour le Bocuse d’Or comme pour une compétition sportive (on a d’ailleurs revu le prince dans les travées du France-Danemark de handball dimanche soir), mais on n’a jamais vu de  responsable politique national français faire acte de présence au Bocuse d’Or.