jan 28 2015

Le classement final du Bocuse d or 2015

1. Norvege 1662 pts

2. Etats-Unis 1653

3. Suede 1610

4. Finlande 1599

5. Japon 1553

6. Danemark 1509

7. France 1484

8. Islande 1435

9. Pays-Bas 1423

10. Royaume-Uni 1401

11. Allemagne 1383

12. Australie 1344

13. Hongrie 1338

14. Estonie 1324

15. Argentine 1315

16. Suisse 1314

17. Coree du sud 1300

18. Maroc 1275

19. Malaisie 1274

20. Canada 1248

21. Chili 1209

22. Espagne 1166

23. Guatemala 1071

 

 


jan 28 2015

Les Etats-Unis seconds

USA_assiette_viandeUSA_plat_viandeUSA_assiette_poisson

 

 

 

 

 

 

 

La 15eme participation fut la bonne pour les Etats-Unis pour la premiere fois sur le podium, un succes qui aura un grand retentissement. Philip Tessier devient le premier medaille Bocuse d’or americain.


jan 28 2015

Les plats du vainqueur, la Norvege

norvege_assiette_poissonnorvege_assiette_viandenorvege_plat_viande


jan 28 2015

Bocuse dor, le podium 2015

1. Norvege

2. Etats-Unis

3. Suede

plat viandes : Finlande

plat poisson : Japon

meilleur commis : Antti LUKKARI, Finlande

Le classement complet dans les minutes qui suivent.


jan 27 2015

La France au Bocuse d’Or, un commis très concentré

SAMSUNG CAMERA PICTURES

On oublie un peu toute l’importance des commis, ci-dessus la jeune française Sabine Pendariès-Issaurat en pleine action. Le prix du meilleur commis attribué par la Bocuse d’Or Winners est en jeu, un prix de moins en moins anodin sur une carte de visite.


jan 27 2015

Départ du Bocuse d’or ce matin

SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES


oct 27 2014

La France dans le dur à 90 jours du Bocuse d’or 2015

imgnew23L’ordre de passage au concours a été tiré au sort, la France passant le mardi il va falloir batailler ferme car c’est plutôt un handicap dans la configuration du Bocuse d’Or, les candidats du mercredi pouvant réajuster en fonction de ce qu’ils ont vu la veille, et pour être placé sur le podium il va falloir absolument gagner cette première manche, toutes les grosses écuries, Suède, Norvège, Danemark, Japon, passant le mercredi. Les concurrents les plus sérieux du premier jour seront le Royaume-Uni et l’équipe de la French Laundry des USA (dont le Chef n’est autre que le Président du Bocuse d’Or US, Thomas Keller, et dont un des coachs, Grant Achatz, a été choisi comme président du jury 2015).

La commis Justine Parret, malheureusement contrainte d’annuler sa participation pour raisons de santé, sera remplacée par Sabine Pendariès. Justine avait joué un grand rôle en Suède lors des qualifications européennes, nous lui adressons nos meilleurs voeux de rétablissement.

Au rayon des bonnes nouvelles, c’est la pintade fermière des Landes label rouge qui a été choisie comme plat de viande, ce qui pourrait avantager la France. Prochaine étape fin novembre avec l’annonce du thème poisson.

 


sept 8 2014

Les candidats au Bocuse d’Or 2015

Après le repêchage de l’Espagne qui avait beaucoup déçue lors des qualifications européennes et une wild card attribuée au Maroc qu’on aura le grand plaisir de retrouver après 2013 avec le sympathique Issam Jaafari, voici la liste des qualifiés :
Allemagne, Christian Krüger, Restaurant Axt, Mannheim
Argentine, Emiliano Javier Schobert, El Obrador, Buenos Aires
Australie, Shannon Kellan, The Brisbane Club, Brisbane
Canada, Laurent Godbout, Chez l’Epicier, Montréal
Chili, Mauricio Edurado Nunez Diaz, Su Merced, Santiago
Corée du sud, Dong Ki Kim, Culinary Institute ASCL, Séoul
Danemark, Kenneth Hansen, Svinklöv Badehotel, Fjerritslev
Espagne, Alberto Moreno, Grupo DH Gastro, Madrid
Estonie, Dmitri Haljukov, Restaurant Cru, Tallinn
Etats-Unis, Philip Tessier, The French laundry, Yountville
Finlande, Matti Jämsen, GW Sundmans, Helsinki
France, Nicolas Davouze, Château St Martin, Vence
Guatemala, Victor Hugo Velasquez Hernandez, Casa Santo Dominguo, Antigua
Hongrie, Gabor Molnar, Hotel Excelsior, Munich
Islande, Sigurdur Helgason, Restaurant Grillid, Reykjavik
Japon, Hideki Takayama, Maison de Gil, Ashiya
Malaisie, Kenneth Loke, Jonas Restaurant, Stockholm
Maroc, Issam Jaafari
Norvège, Orjan Johannessen, Bekkjarvik Gjestgiveri, Bekkjarvik
Pays-Bas, Jan Smink, Kwartier Noord, Katlijk
Royaume-Uni, Adam Bennett, The Cross in Kenilworth, Birmingham
Singapour, Eng Tong Yew, Ocean restaurant, Singapour
Suède, Tommy Millimaki, Sjon, Jönköping
Suisse, Christoph Hunziker, Schämerhof, Thun
Les grands absents : Belgique, Italie, Chine


mai 8 2014

Les pays qualifiés pour la finale

imgnew231. Suède

2. Danemark

3. Norvège

4. France

5. Finlande

6. Grande-Bretagne

7. Islande

8. Estonie

9. Hongrie

10. Allemagne

11. Pays-Bas

12. Suisse

 

 


fév 2 2013

L’heure est au bilan

 Bocuse d'OrSaga Bocuse d’Or, premier blog à s’être spécialisé dans le concours de cuisine éponyme,  se caractérise par un suivi régulier de l’épreuve et de ses à côtés, même une fois la fièvre de l’épreuve retombée.

En dressant le bilan de cette édition 2013, force nous est de constater que ce millésime fut un sommet encore jamais atteint car le propre de ces olympiades est qu’elles demandent à se surpasser d’année en année.

Voyons cela à l’aune du parcours du vainqueur de l’épreuve.

Thibaut Ruggeri rejoint l’équipe Lenôtre en 2007, époque où la France domine magistralement le concours. Thibaut se forme aux joutes en cuisine et apprend ce qu’est la compétition au trophée Masse en 2008 et Bernard Loiseau en 2009, puis remporte le « Trophée national de l’Académie Culinaire de France » en 2010 et « Les chefs en or » en 2011. En tout il fera une dizaine de concours. Entretemps la France a décroché du podium du Bocuse d’or autant par manque de moyens que de structures. (voir notre article du 2 février 2011 où les chefs français lançaient un appel au Président de la République). La maison Lenôtre, avec ses 10 meilleurs ouvriers de France et son restaurant phare Le Pré Catelan, 3 étoiles Michelin, se sent capable de relever le gant et charge Thibaut de la représenter. Cette fois de gros moyens sont mis en oeuvre, le candidat pour la première fois de l’histoire pourra se concentrer sur l’épreuve à 100 % sans être dispersé. Son coach Fabrice Prochasson, meilleur ouvrier de France 1996, de par ses fonctions de Président des Toques françaises est un passionné impliqué dans la transmission du savoir-faire et la promotion de la cuisine française , il couvera Thibaut pendant tout ce temps et lui trouvera comme commis une apprentie en pâtisserie à fort potentiel, Julie Lhumeau (qu’on aimerait bien revoir dans une future compétition internationale). Une Team France est créée qui se charge du financement et du recrutement des sponsors dont on soulignera la part de plus en plus importante qu’ils prennent au fur et à mesure que les budgets gonflent. Thibaut en sportif accompli, entretient sa forme physique et son mental pour être prêt le jour J ; pour l’avoir eu au téléphone peu avant, l’auteur de ces lignes se souvient que transparaissait un calme olympien dans son attitude. La technique maîtrisée, restait à gérer le stress, ce fut chose faite quand sur les coups de 9 heures en ce mercredi 31 janvier Thibaut attaqua le turbot avec son sang-froid  habituel. 5h30 plus tard, le public averti et les challengers de Thibaut comprirent que la France était dans la course. Une leçon à retenir : pour la première fois, gagner le Bocuse d’or Europe ne préjuge plus de la victoire finale.

On mesure tout le chemin parcouru en comparant le plat du Bocuse d’or France puis  Europe de Thibaut Ruggeri (voir Saga BO 15 mars 2012) et celui de la finale mondiale. Il fallait se hisser à ce niveau car derrière de nombreux candidats avaient haussé le leur. Avec les plats du Bocuse d’or Europe la France n’aurait pas figurée dans les 10 premiers. C’est sans doute l’erreur du Norvégien qui trop confiant, n’a pas assez réinventé ses plats. Erreur de jeunesse  peut-être, il saura rebondir. Une erreur que n’a pas commise Jeppe Foldagger du Danemark, un habitué des concours dans son pays, qui nous a présenté de somptueux plats qui il y a deux ans lui auraient assuré la victoire. Bien lui en a pris puisque le Japon s’est immiscé dans le concert des grandes nations. On peut remarquer que l’expérience a beaucoup comptée cette année, le Japonais avait déjà concouru en 2005 et le 4ème de l’épreuve est à 45 ans le doyen de l’épreuve. Lui aussi a sensiblement amélioré sa performance par rapport au Bocuse d’or Europe, remportant deux fois le meilleur prix de viande, il est vrai du Black Angus irlandais dont il a l’habitude. Signalons aussi que le Bocuse d’or devient clairement l’histoire d’une filiation, d’anciens prétendants devenus chefs de restaurant lançant leurs seconds, d’anciens commis reprenant le flambeau ou lauréats devenant coach. La transmission du savoir est essentielle (on remarque que la Hongrie fait une bonne prestation pour une première participation, entraînée par Geir Skeie, Bocuse d’or 2009). C’est bien ce que cherchait Paul Bocuse en lançant ce concours, mission accomplie !

Après l’Asie, l’Amérique du sud, le Maroc, la Turquie étoffera encore la compétiton en mars 2013, organisant son premier concours national.